Quelles solutions pour la clientèle fragile d’une banque ?

La clientèle fragile est devenue depuis 2014, un grand sujet de discussions surtout dans le secteur bancaire. Cela est dû à la promulgation de l’arrêté mettant en place une proposition originale qui est survenue dans une atmosphère d’instabilité bancaire graduelle. Le coût de gestion de la clientèle fragile est devenu ainsi un enjeu incontestable. De plus, les banques ne s’engagent pas principalement dans l’amélioration du modèle de rapprochement de cette clientèle. Cependant, il existe des solutions pour la gestion de la clientèle fragile d’une banque. Quelles sont-elles ?

L’anticipation des conditions de précarité bancaire

Afin d’avoir une meilleure compréhension des personnes en situation de fragilité bancaire, il serait bien de mettre en place la méthode du scoring. Comme cela, il est probable de représenter et de déterminer l’aptitude d’un client à quitter l’instabilité ainsi que sa proportion à une rechute. La banque pourrait de ce fait, améliorer ses financements en offrant des services adaptés à ceux qui ont la possibilité de retrouver une condition saine.

À partir de certains éléments tangibles comme l’âge, le sexe, les diplômes, le type de fragilité, la zone géographique, il est possible d’analyser chaque client en estimant des coûts de gestion appropriés. C’est pourquoi ces instruments de scoring représentent une valeur ajoutée pour la banque, car cette dernière aura la possibilité de suivre les profils en condition de fragilité bancaire afin de leur proposer des offres convenables.

Cette technique de scoring particularisé permettra aussi d’étudier les tendances et de gérer les prix en rapport avec les clients de manière plus générale.

La diversification les profils pour des propositions adaptées

On pourra distinguer trois profils essentiels dans la portion de la clientèle fragile. Le premier profil est celui de la clientèle fragile avec une grande capacité de retour à une condition équilibrée. À celle-ci, on peut proposer la globalité des offres ou une offre maximale.

Le second profil est celui de la clientèle fragile avec une certaine aptitude de retour à une situation raisonnable. Cette clientèle n’a pas forcément le désir d’être suivie et assistée par la banque. Elle pourra néanmoins recevoir des offres intermédiaires de cette dernière.

Le dernier profil est celui de la clientèle fragile qui a probablement très peu de chance d’accéder à une meilleure situation. La banque lui proposera une offre minimale.

Cette offre minimale se limitera à une unité de produits et services moins coûteux à la banque. Proposer des services de trop non adoptés par cette catégorie de personnes ne sera pas bénéfique pour les deux camps. Ainsi, un dispositif d’accompagnement téléphonique et en agence est réservé respectivement pour l’offre intermédiaire et pour l’offre maximale. Un coaching financier et une assistance plus favorable sont accordés au client grâce à un conseiller bancaire. Ce type de suivi permet à la banque de mieux fidéliser la clientèle.

L’amélioration des modèles de relation

Pour un meilleur suivi de la clientèle en situation de fragilité bancaire, des moyens adoptant l’intelligence artificielle peuvent être engagés. Cette solution diminue considérablement le coût de gestion de la clientèle fragile de par l’automatisation des offres. Elle rend également facile le retour à une condition agréable au client.

À l’aide d’un coaching budgétaire approprié et automatique, la clientèle visée devrait avoir une idée sur les règles de consommation et aussi des indications sur les dépenses. Le micro-financement est en outre une solution adéquate pour la clientèle dite fragile, mais autant pour la banque.