Le bon sens pour gagner avec les terres rares

Partager sur
Le bon sens pour gagner avec les terres rares

Je vais vous parler aujourd’hui d’un thème d’investissement bien mystérieux : les terres rares…

Mystérieux ? Attention. Vous le savez, si vous avez suivi les leçons de Bourseacademy.com, vous le saurez quand vous les aurez suivi, de façon à vous trouver du coté des gagnants en Bourse. Si l’activité économique d’une entreprise, si un modèle d’affaire vous paraissent troubles, les précautions doivent doubler.

Le trading de matières premières est toujours risqué

Le vocable a tout pour attirer : «terre rare», alors qu’on sait que, suivant la formule, tout ce qui est rare est cher. C’est par construction une histoire de recherche de gisements, de production, de transformation, de réserves. Un modèle qui peut offrir des effets de levier élevés en fonction de l’évolution des cours de ce qui est produit, et des volumes.

Les exemples qui vous viennent à l’esprit, vous qui commencez à connaître la Bourse : les mines, en particulier les mines d ‘or, ou les compagnies pétrolières, en particulier les juniors, spécialistes de la production.

Premier point acquis : il y a effet de levier, donc des gains possibles. Des pertes aussi. Les effets de levier jouent dans les deux sens.

A quoi servent les terres rares

Deuxième point pour appuyer votre approche de l’investissement : ce que sont ces terres rares, à quoi elles servent. Vous n’investissez que dans ce que vous comprenez, dont vous comprenez les éléments financiers. Les terres rares sont en réalité des minerais qui ne sont pas rares et sont même très répandus. Les métaux extraits de ces minerais (17 éléments) ont des propriétés électromagnétiques très proches et sont utilisés dans des applications de produits de haute technologie dans diverses industries (aimants permanents, laser, luminescence,etc.). Ils sont indispensables dans la plupart des cas.

Voir la vidéo de capital : http://www.capital.fr/videos2/divers/industrie-a-quoi-servent-les-terres-rares


Classés « métaux stratégiques » en raison des applications militaires, , les produits des terres rares sont très complexes à extraire des minéraux, et l’opération est très polluante, entraînant le rejet d’éléments hautement toxiques ou radioactifs. La production a été ralentie depuis le milieu des années 1980 dans tous les pays à l’exception de la Chine, qui détenait alors entre le tiers et la moitié des réserves mondiales connues , devant la Russie (18 %), les Etats-Uns (12 %) et l’Inde 3%).

cours terres raresEn quasi monopole de production à partir de 1995, la Chine a chercher à jouer de la rareté (voir graphique ci contre) : en réduisant fortement ses exportations depuis cinq ans, elle a provoqué une envolée des cours. Elle a aussi cherché à acheter des réserves dans les autres pays, son industrie ayant joué l’apport des terres rares à un point tel que le pays est importateur .

Pas besoin de chiffres compliqués, de formules chimiques, pour le comprendre : les terres rares sont des réserves naturelles et, quand les cours montent on en cherche partout sur la planète, on en trouve, et on en extrait si les coûts de production sont compatibles avec les cours.

On en a ainsi trouvé un peu partout, jusqu’au Groenland ou en Polynésie française. Et en 2011 on est entré dans une situation de surproduction. La chute des cours depuis n’a pas été contenue et, pour le moment, aucun réel rebond n’a été perçu.

Vous le savez, les marchés permettent l’ajustement, et des cours plus bas impliqueront des arrêts d’exploitation, permettant un rebond. Il est encore à venir pour deux raisons : le coté stratégique des métaux (qui incite les pays à subventionner directement ou indirectement les extractions) , et la très forte progression des gisements connus (qui peuvent entraîner des mises en service à la moindre reprise des cours).

Alors, ces terres rares, devez vous vous en désintéresser ?

Non évidement. Gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un placement de type minier. Sans entrer dans les détail chimiques des éléments extraits, retenez les plans d’affaires, les perspectives de retour sur investissement.

Pour spéculer sur des juniors (de sites non encore exploités), attendez une stabilisation puis un rebond des cours. Cela fera l’actualité. En attendant, un support peu être privilégié : Molycorp. C’est un producteur américain, relativement diversifié et au modèle de rentabilité crédible.

Son action a payé son prix à la surproduction mondiale et à la baisse des cours des métaux (-45 % en 2013, -85 % de fin 2010 à fin 2013). Un major dans un pays sûr et qui saura le soutenir, c’est le bon support pour des matières premières dont on n’est pas prêt de se passer, dans l’industrie automobile, dans les énergies de substitution (solaire et éolienne, en particulier) ,les missiles, l’aéronautique, l’ensemble de la filière électrique (jusqu’aux ampoules basse consommation).

→ Comment acheter les actions Molycorp à Wall Street ?

Molycorp est une action de droit américain. Vous pouvez l ‘acheter sur la Bourse de New York, me New York Stock Exchange en passant des ordres via votre courtier en ligne.

  • Tapez le code MCP pour les valeurs américaines. Vous disposerez d’une fourchette de cours acheteur/vendeur et d’une indication de quantités disponibles (voir notre leçon sur le sujet)
  • Passez votre ordre. Il sera exécuté en dollars et votre courtier fera le change avec les euros au cours du moment
  • Il s’agit d’une action américaine qui, par construction n’est pas éligible au PEA. Vous devez l’acquérir sur votre compte ordinaire.

A propos de l'auteur : Hubert Tassin

Hubert Tassin, 57 ans est journaliste et analyste financier. Son expérience des marchés financiers remonte à 1980 et il a exercé des responsabilités aussi bien dans des sociétés de Bourse que dans la presse. Auteur d'un ouvrage de référence consacré au placement en obligations, il a dirigé des rédactions spécialisées dans les placements financiers au Journal des Finances, chez Investir et chez BFM.

1 commentaire
  1. JUROSZEK

    J’ aurais souhaité connaître le droit légiféré des dévolutions fôrestières

    Répondre
Laisser un commentaire