Noa Khamallah présente les avantages des déplacements quotidiens avec un vélo électrique

Dans tout le pays, les gens se déplacent à vélo plus que jamais. Paris a connu une augmentation stupéfiante de 356 % du nombre de cyclistes entre 2000 et 2012. Aujourd’hui, c’est bien connu que le vélo électrique présente de nombreux avantages. A ce sujet, Noa Khamallah, fondateur de Charge répond.

Sans stress et pratique

Le nombre de cyclistes quotidiens a augmenté de 80 % entre 2010 et 2015 à Bordeaux, une autre ville autrefois considérée comme inhospitalière pour les cyclistes. À Lyon, 5 % des personnes se déplacent à vélo, soit une augmentation de 170 % depuis 2000. Aujourd’hui, les vélos électriques constituent le segment de l’industrie du vélo qui connaît la plus forte croissance. “Bientôt, nous pourrions voir de plus en plus de travailleurs se rendre au bureau à vélo électrique”, précise Noa Khamallah.

Sans stress et pratique

Les personnes qui se rendent au travail à vélo électrique dans les zones urbaines ne perdent pas de temps dans les embouteillages qui s’étendent sur des kilomètres. Avec un vélo électrique, ces embouteillages peuvent être contournés facilement. Et dans les pentes raides, il n’est pas nécessaire de faire des efforts excessifs, grâce à l’appui du moteur électrique. Le vélo électrique peut parcourir des distances allant jusqu’à 20 km presque sans effort. Le vélo électrique permet de se déplacer de manière détendue et confortable et d’atteindre sa destination en se sentant propre et frais.

Pour Noa Khamallah, c’est rapide et flexible

Le temps est précieux. Et en utilisant un vélo électrique en ville, tout le monde gagne du temps, améliorant ainsi sa qualité de vie. Sur des distances allant jusqu’à 5 km, un vélo électrique est souvent le moyen de transport le plus rapide dans le trafic urbain. Mais même sur des distances allant jusqu’à 15 km, le vélo électrique rattrape facilement la voiture.

Noa Khamallah dit qu’on constate que les vélos électriques tiennent la distance.

Les gens parcourent en moyenne 9,3 kilomètres par trajet, ce qui signifie qu’ils ont remplacent environ 1 778 trajets en voiture. Cette moyenne de neuf kilomètres est significative car, depuis des décennies, les décideurs politiques considèrent généralement que cinq kilomètres sont le seuil qui détermine si une personne choisit de prendre un vélo ou de conduire une voiture.

En forme et en bonne santé

En moyenne, chaque adulte passe 11,5 heures en position assise chaque jour. Les employés de bureau, en particulier, font souvent trop peu d’exercice. Le vélo électrique est un moyen pratique de remédier à cette situation. Et comme l’entraînement électrique peut être régulé par les différents niveaux d’assistance, les cyclistes peuvent décider eux-mêmes de la force avec laquelle ils veulent pédaler. Les vélos électriques conviennent parfaitement aux personnes soucieuses de leur santé et désireuses d’entraîner leur forme et leur endurance.

Bon pour l’environnement

Chaque navetteur qui opte pour le vélo électrique plutôt que pour sa voiture évite non seulement le pire du trafic urbain, mais rend également service à l’environnement : les niveaux de pollution d’un vélo électrique ne représentent que 1,25 % de ceux d’une voiture privée. Les transports constituent la deuxième plus grande source de gaz à effet de serre et une étude du Worldwatch Institute montre que le passage de la voiture au vélo pour de courts trajets totalisant 2 000 kilomètres par an (environ 5 kilomètres par jour) peut réduire de 5 % l’empreinte carbone de l’Américain moyen.

En outre, le vélo électrique se déplace presque silencieusement et ne produit pas ou peu de nuisances sonores. Cet aspect est crucial dans le trafic urbain : avec un niveau de pression acoustique de 65-75 décibels ou plus, la pollution sonore augmente la susceptibilité au stress. Dans le trafic urbain intense, le niveau sonore moyen est d’environ 80 décibels. Ainsi, le vélo électrique contribue à calmer les centres-villes.