Troisième trimestre 2015 : Profitez de la croissance de la consommation

Partager sur
Troisième trimestre 2015 : Profitez de la croissance de la consommation

La croissance économique, c’est votre amie, le moteur des résultats des entreprises, donc, sur le long terme, des profits pour vous.

Je reprends la maxime du légendaire Warren Buffet que je cite souvent dans le cadre de bourseacademy.com : « vous n’achetez pas une action, vous vous associez à une entreprise ». Alors, quand le cycle économique se développe de façon favorable, quand les analyses des économistes que vous pouvez lire dans la grande presse ou sur les sites généralistes annoncent la croissance, suffit-il d’acheter et de se laisser porter ?

Oui et non. Oui, il fait inscrire ses opérations boursières dans le mouvement du moment et surfer sur une tendance. Non, car, précisément, d’autres le feront comme vous et, si vous êtes suiviste, vous prenez le risque de payer trop cher des actions trop à la mode.

Il y a en revanche une gestion active qui est gagnante : se placer dans le mouvement économique sur les secteurs qui sont bien orientés en début de leur cycle propre. Les résultats publiés ont toutes chances de surprendre : les analystes financiers ajustent leurs estimations avec un effet retard.

Dans ce cadre, l’automne 2015 a marqué une vraie évolution : la consommation européenne progresse en volume. Au même moment, elle reste soutenue aux États-Unis.

Le bon réflexe ?

Se placer sur les grands groupes de consommation dont le chiffre d’affaires et, surtout, les marges sont réalisés dans les pays développés. Les publications de chiffre d’affaires trimestriels d’Unilever, de Nestlé, de Danone, de Carrefour, de Dia, d’Accor, de Bonduelle, d’Ebro Foods (Panzani et Lustucru), de Bic ou d’Heineken montrent une tendance qui ne fait que s’enclencher.

Prendre le train en marche après l’indice d’une tendance (les données du troisième trimestre 2015) s’inscrit dans l’avenir et dans une dynamique qui s’installe. Le potentiel se mesure à des ratios de valorisations très raisonnables et à des rendement du dividende sécuritaires ( 2 à 3,5 %). Il y a là les ingrédients d’une stratégie raisonnée , mais ambitieuse.

 

 

 

 


A propos de l'auteur : Hubert Tassin

Hubert Tassin, 57 ans est journaliste et analyste financier. Son expérience des marchés financiers remonte à 1980 et il a exercé des responsabilités aussi bien dans des sociétés de Bourse que dans la presse. Auteur d'un ouvrage de référence consacré au placement en obligations, il a dirigé des rédactions spécialisées dans les placements financiers au Journal des Finances, chez Investir et chez BFM.

Laisser un commentaire