Acheter des actions Twitter en Bourse. Est ce une bonne affaire ?

Partager sur

J’ai résumé la problématique «twitter en Bourse» dans la vidéo suivante et tous mes conseils dans l’article ci dessous :

  • 12 septembre : dépôt du « formulaire S1 » auprès de la SEC.
  •  A partir du 2 octobre : présentation du dossier aux grands investisseurs par le syndicat bancaire dirigé par Goldman Sachs et constitution d’un livre des intentions d’achat
  • Au plus tôt autour de la mi-décembre et plus probablement fin janvier/début février: introduction au Nasdaq, la Bourse électronique des valeurs technologiques américaines.

Le Tweet qui annonce l’introduction en bourse

Vous avez le temps. C’est la première chose à comprendre. C’est la veille de l’introduction en Bourse que vous passerez vos ordres, sur un cours que vous aurez fixé en fonction des informations données et des études qui auront été publiées. Vous choisirez aussi la quantité que vous aller demander.

Que signifie le fameux tweet du 12 septembre annonçant la perspective de la cotation ?


« Nous avons soumis de manière confidentielle un S-1 à la SEC pour une introduction en Bourse. Ce tweet ne constitue pas une proposition d’investissement en valeur mobilière ».

La société a soigné son look. C’est par ce tweet de 135 signes qu’elle a annoncé son arrivée en Bourse.
Décryptage :

SEC : Securities and Exchange commission, l’équivalent américain de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

C’est elle qui autorise la mise en Bourse et valide ses conditions

Formulaire S-1 : c’est un dossier classique, comprenant les données économiques et financières de la société, qui revêt un caractère confidentiel. Les sociétés réalisant un chiffre d’affaires inférieur au milliard de dollars et comptant moins de 2.000 actionnaires privés peuvent engager les procédures d’introduction auprès de l’autorité sans pour autant que les données ne soient publiques avant que l’introduction soit formellement lancée. Twitter remplit les deux conditions.

Conséquences directes : 21 jours après le dépôt du «S-1 confidentiel » les banquiers responsables de l’introduction en Bourse ( pool dirigé par Goldman Sachs) vont pourvoir tester les grands investisseurs institutionnels sur les quantités qu’ils envisagent d’acheter et le prix qu’ils estiment pouvoir payer. C’est sur la base de leurs intentions que le prix final sera déterminé.

Cette tournée – le road show dans le jargon – va progressivement donner lieu à des communications auprès du marché en général, qui vont nourrir l’actualité sur les sites boursiers et vous permettre de vous faire une idée de l’investissement éventuel.

La première question qui se pose à vous est la plus importante : faut-il acheter ?

Acheter action TwitterTwitter est un phénomène mondial : 7 ans d’existence, 200 millions d’utilisateurs réguliers, 400 millions de tweets (messages courts) par jour. C’est évidement tentant de monter dans la barque dès lors que les investisseurs privés vont le pouvoir, pour profiter des retombées de la notoriété et d’une « clientèle » d’un ampleur planétaire.

Il y a un précédent qui doit faire réfléchir : Facebook. Facebook (1,5 milliards d’utilisateurs) est arrivé à la cote du Nasdaq en mai 2012. Je résume le film :

  • Introduction de Facebook le 18 mai 2012 : les souscripteurs ont payé 38 dollars par action (92 milliards de dollars de capitalisation boursière, montant placé auprès des investisseurs 16 milliards de dollars)
  • Echec de l’introduction : l’action a perdu % de sa valeur en cinq séances
  • Le 4 septembre. On cot 17,30 $. L’action a perdu 415% depuis son introduction en Bourse
  • Le 2 août 2013, l’action repasse les 38 $
  • Fin septembre 2013, on coite plus de 51 $. L’action permet un gain potentiel de 34 % par rapport à l’introduction.

Ceux qui ont acheté au départ ont dû avoir les nerfs solides pour être gagnants, mais ils le sont. Ceux qui ont suivi, plus méthodiquement, les leçons de Bourseacademy.com (leçon n°4) ont acheté par palier et gagnent plus encore. Les spéculateurs de court terme ont perdu une bonne part de leur mise. Comme toujours.

Pour Twitter, les sommes en jeu ne sont pas les mêmes, les échecs du placement dirigé par JP Morgan sont tirées : les choses vont mieux se passer, être mieux gérées par Godman Sachs, et un achat est à considérer sérieusement.

Les fondamentaux du placement

Les données économiques, le plan d’affaires, les forces et faiblesses de Twitter vont être dévoilées progressivement d’ici à l’introduction et détermineront votre choix d’investissement.

Retenez les données de départ : le chiffre d’affaires 2012 se montait à 288 millions de dollars, le 2013 est estimé un peu plus de 580 (multiplication par deux) et la croissance ne devrait pas ralentir en 2014 (on vise le milliard de dollars).

Les chiffres mettent en évidence la grande différence de taille avec Facebook : 2,8 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2011, 3,9 milliards en 2012, 7 milliards visées cette année, 9 milliards en 2015.

Les montants qui seront levés sont évidement très différents. Facebook avait été valorisé plus de 90 milliards de dollars et il en vaut 125 fin septembre 2013. Les transactions de groupes industriels ou financiers entrés dans le capital de Twitter au premier semestre 2013 se sont effectuées sur des valorisation allant de 9 milliards (Black Rock en janvier) à 10,5 milliards (GCV Capital Corp en mai). Visant sans doute un cours de Bourse à 18 mois de 13 à 15 milliards, l’introduction en Bourse devrait être proposée en offrant du potentiel aux acheteurs. Une fourchette de 11/12 milliards de dollars est à attendre.

537338660_B97962548Z.1_20130901161943_000_GSU16ILSG.1-0Comment cela va se passer ?

Trois semaines avant la date retenue (donc à partir de la mi-janvier 2014), l’opération va entrer dans sa phase active. Vous pourrez passer un ordre en donnant un prix maximum et la quantité que vous souhaitez.

Rien de différent d’un achat en Bourse, sauf la probabilité de « réduction » de votre demande. Les banquiers vont en quelque sorte organiser la rareté au cours qui sera finalement retenu. L’objectif est que l’action monte rapidement et que les titres vendus soient reclassés entre les différents investisseurs dans les séances qui suivent l’introduction en Bourse sur des cours plus élevés. En moyenne, au premier semestre 2013, les actions américaines introduites en Bourse ont gagné 13 % dans les premières séances de cotation. Évidement, pour une affaire qui s’annonce gagnante à court terme, il y aura des demandes supérieures à ce qui sera à vendre. Pour chaque catégorie d’investisseurs, les intermédiaires (banquiers, courtiers), vont attribuer une proportion des ordres d’achat. Mais, a priori, pas la totalité.

Vous passerez un ordre pour la quantité que vous désirez investir sur Twitter. C’est lors des premières séances de cotation, selon les cours pratiqués, que vous devrez trancher entre vendre (solder une opération ponctuelle sans doute gagnante) ou compléter votre investissement en achetant en Bourse (moyenne à la hausse pour viser le moyen terme).

Vous avez le temps

La leçon de ce blog me conduit à répéter ce que je vous ai dit à son début. Vous avez le temps. Ce temps, ces quelques semaines, vous aller les utiliser pour vous informer au gré de la communication officielle de la société, les analyses et articles des analystes et journalistes financiers. Vu la notoriété de la société, vous aller en trouver… plus qu’il n’en faut.

Le délai doit aussi être mis à profit pour forger votre propre avis. Le meilleur des analystes, c’est votre bon sens, vous l’avez compris en suivant les leçons de Bourseacademy.com. Avant d’investir durablement dans Twitter, vous devez comprendre son fonctionnement, juger de sa possibilité de croître, de se défendre face à l’émergence de concurrents. Vous pourrez alors juger du plan d’affaires et de la crédibilité d’une croissance rentable.

Vous achetez une société, pas une action, souvenez vous en. Alors, pour gagner vraiment avec Twitter, inscrivez vous sur le réseau social, regardez aussi les concurrents (par exemple Instagram et Snapchat). Regardez aussi les réseaux sociaux vedettes Facebook.et Linkedin Vous choisirez en investisseur le moment venu. Bien sûr, je ne vous laisserai pas tomber et je donnerai alors aux abonnés de Bourseacademy.com les clés pour profiter de l’opportunité boursière de ce succès mondial.

Les précédents plaident pour – au moins- regarder sérieusement. Facebook cote 34% de plus que son cours d’introduction je vous l’ai dit. L’action Linkedin a été multipliée par 2,6 depuis son introduction en Bourse le 19 mai 2011.


A propos de l'auteur : Hubert Tassin

Hubert Tassin, 57 ans est journaliste et analyste financier. Son expérience des marchés financiers remonte à 1980 et il a exercé des responsabilités aussi bien dans des sociétés de Bourse que dans la presse. Auteur d'un ouvrage de référence consacré au placement en obligations, il a dirigé des rédactions spécialisées dans les placements financiers au Journal des Finances, chez Investir et chez BFM.

1 commentaire
  1. Benoit

    Un travail d orfevre, merci pour ce bon article

    Répondre
Laisser un commentaire